Résidence

Compagnie Désirades

Résidence de création de “Richard dans les étoiles”
Du 11 au 16 janvier 2021


Compagnie théâtrale dirigée par l’auteur-metteur en scène Valérian Guillaume – fondée à Paris en 2014 par Arthur Daniel, Jean Hostache, Thibault Le Page et Zoé Lizot.

Texte et mise en scène : Valérian GUILLAUME

Costumes et scénographie : Livia VINCENTI

Création sonore : Victor AUZET

Interprétation : Arthur DANIEL (Richard), Raphaelle DAMILANO (Ralph), Giulia DUSSOLLIER (Muriel, Serge).

NOTES ET GENÈSE DU PROJET

Après avoir écrit un roman, qui est le road-movie à la première-personne d’un personnage déambulant dans un centre commercial (une phrase de plus d’une centaine de pages). J’ai eu envie de me reconnecter au théâtre en travaillant sur un personnage lui aussi marginal. J’ai l’impression que situé à la marge, on peut révéler beaucoup. Le personnage de Richard m’est venu un soir où je me suis dit qu’il fallait absolument que je raconte l’histoire d’un personnage qui souhaiterait disparaître du monde et s’arrêter, pour se consacrer à la poésie. Très vite j’ai eu envie de mettre en scène une figure solitaire, poétique et décadente face au groupe. Je voudrais interroger l’impact du groupe sur une seule personne et questionner sa valeur sociale. Qu’est-ce qu’on vaut quand on s’arrête ? Que vaut-on quand on ne sert plus à rien ? Sortir du monde et créer des foyers d’imaginaires, telle est la tâche que se donne Richard.

Cette pièce s’inscrit dans la continuité d’une réflexion entamée sur le monde du travail il y a quatre ans et qui a pris forme dans une pièce qui s’appelle La Course. Aujourd’hui je continue de me demander comment avons-nous fini par accepter et intégrer la recrudescence toujours en hausse des burn-out – ou épuisements professionnels – dans nos sociétés ? Force est de constater que de plus en plus d’environnements professionnels misent sur une pression haute comme moteur dynamique de production, souvent au péril de leurs employés. Le cadre ultra-normatif des entreprises assigne le salarié à un médiateur du standard tout en s’adaptant à chaque individu. De 2017 à 2019, j’ai mené avec le romancier Vincent Message et d’autres camarades auteurs et autrices, une enquête littéraire au long cours autour du chômage en France. J’ai pu assister à des rendez-vous individuels et collectifs à Pôle Emploi, à la formation d’une conseillère dans une mission locale, et j’ai pu rencontrer les dirigeants de ces institutions (responsables d’agence Pôle emploi, consultant du ministère du travail, notamment). Cette expérience et les récits qui en émanent ont été déterminants à la naissance de ce projet.  Valérian GUILLAUME

NAISSANCE DU TEXTE

Ce qui m’a le plus marqué est la façon dont les demandeurs et demandeuses d’emploi sont constamment ramenés à leurs conditions difficiles, parfois douloureuses, et surtout sont contraints de se justifier. Le recours au story-telling lorsque l’on est demandeur est un passage obligé. Le CV est déjà un synopsis sur une personne, la lettre de motivation un récit à la première personne, etc. Ainsi donc, le récit s’infiltre dans les dossiers de demande. C’est autrement le cas pour les demandeurs et demandeuses d’asile qui doivent fournir un “récit de vie” auprès de l’Ofpra (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides). À noter que dans la plupart des cas, la demande s’adresse à des personnes qui ne parlent et/ou n’écrivent pas le français. Un modèle de cette dramaturgie-type se trouve d’ailleurs sur le site internet de l’Ofpra. Se justifier par l’écriture est une condition pour être reconnu par le système. Autrement dit, dans le jeu de l’administration, écrire c’est exister.

Bien que tout cela ne soit à pas clairement nommé dans le texte de Richard dans les étoiles, pour écrire la pièce j’ai puisé dans tout ce contexte socio-politique et dans le vocabulaire administratif en général, pour tenter de convoquer une théâtralité et son poème. Parallèlement à cette enquête menée auprès de Pôle emploi, je me suis penché sur la question des aides sociales et des ayants droits. À la fois pour le personnage de Richard et dans un souci de documentation nécessaire, mais aussi dans une perspective de langue administrative.

Dans le cas de Richard, la société, les autres, et l’administratif ont décidé à sa place que “ça n’allait pas” et qu’il ne devait plus vivre selon certaines habitudes. Richard dans les étoiles raconte l’histoire d’un poète mis sous tutelle. Les situations de la pièce s’agencent selon un mouvement que l’on peut visualiser comme une fuite en avant, une échappée verticale. Au début de la pièce Richard est seul dans sa chambre ; ses proches, inquiets, se regroupent autour de lui, le pressent ; à la fin il préfère s’évader par le ciel. Valérian GUILLAUME